Comment faire son isolation extérieure soi-même ?

On a généralement l’habitude de s’adresser à un professionnel lorsqu’il est question de faire une isolation extérieure. Toutefois, il est possible de la faire soi-même à conditions de disposer des outils et conseils techniques nécessaires. Pour ce faire, il faudra passer par des étapes distinctes tout en portant le plus grand soin au travail.

Les toutes premières étapes : les rails de départ et l’isolant

Une fois que vous vous êtes décidé à faire l’isolation extérieure vous-même, vous n’aurez plus qu’à entamer les travaux. Veillez à démarrer à 5 cm du sol sur terrain dur et à 15 cm sur terrain naturel. Il vous faudra fixer dans un premier temps les rails au moyen des chevilles à frapper. Celles-ci sont en principe placées chaque 30 cm et au plus à 5 cm pour celles se trouvant au bord. Les profils de départ doivent respecter une dilatation de 3 mm. Il est important de s’assurer que les jonctions des rails soient distinctes de celles des plaques. Une distance minimum de 10 cm doit être observée entre ces dernières. Afin d’obtenir une façade alignée, l’alignement des rails doit se faire d’un angle de façade à un autre. L’utilisation des cales de réglages PVC est vivement conseillée.

L’un des éléments indispensables pour la réussite de l’isolation extérieure est l’isolant. Néanmoins, il faut noter que certaines règles de bases sont importantes pour une bonne isolation de la maison par l’extérieur. Pensez en effet à une pose en coupe de pierre dans les angles. Songez également à un croisement vertical de 20 cm minimum sans oublier la découpe en L aux angles des ouvertures. Le système est généralement du calé chevillé lorsqu’il est question de rénovation. Vous devriez vous servir de colle pour caler les plaques et arranger les défauts du mur. Ensuite, les chevilles à collerette permettront le maintien. Elle est ainsi utile lors de la phase provisoire et durant l’enfoncement des chevilles. On aura généralement besoin de 6 plots par plaque de telle façon à facilement connaitre l’emplacement des trous. Il s’agit plus précisément des trous qui serviront à la fixation des chevilles au travers des plots.

N’oubliez pas de vérifier grâce à un niveau l’alignement vertical. L’alignement horizontal doit également être vérifié, lui par le biais d’une règle. Il faudra par ailleurs penser à poncer le polystyrène de préférence avec une taloche. On en arrive à ce point quand le calage ne permet pas de rattraper tous les défauts. Il est conseillé de patienter entre 1 à 2 jours après le collage avant d’effectuer le chevillage. Ensuite, la colle doit être convenablement sèche pour que puisse se faire la butée. Veillez à ce que les chevilles rentrent légèrement dans l’isolant sans aucun dépassement.

Comment faire son isolation extérieure soi-même ?

Place à l’ouvrage et aux finitions

En plein dans les travaux, il est important de bien préparer les angles avant que les baguettes ne soient mises en place. En effet, il conviendrait qu’ils soient sans billes de polystyrène tout en étant droits et propres. Pensez ensuite à appliquer les baguettes par le biais du sous enduit. Que ce soit contre le cadre de l’ouverture ou contre la façade, le niveau doit être bien proportionné. Afin d’éviter l’apparition de fissures, il vaut mieux prévoir les mouchoirs. L’étape suivante concerne le sous enduit et l’entoilage. Deux étapes différentes sont à distinguer à ce niveau. Dans un premier temps, il faudra appliquer une couche à la lisseuse crantée de 6 mm. A celle-ci, la toile en fibre de verre sera appliquée.

Une nouvelle couche sera ensuite appliquée à la lisseuse crantée de 6 mm et il faudra veiller à ce qu’elle soit bien lissée. Le résultat de cette opération aboutira à une surface bien plane. Si les étapes précédentes sont convenablement suivies, la dernière étape qu’est la finition ne devrait pas poser problème. Il ne reste plus en effet qu’à préparer un support pour que le revêtement final soit appliqué. Celui-ci doit se faire manuellement au moyen de la lisseuse. En réalité, il est question de racler les grains qui en principe règlent l’épaisseur. Ce qu’il y a à faire est plutôt simple. Il suffit juste de reproduire des gestes circulaires en utilisant une taloche plastique. Sans attendre que le séchage ne soit effectif, il faudra créer le dessin… beau travail !